20/08/2021 - La confiance renouvelée de nos parties prenantes

Share on:

« L’IRT a renouvelé sa convention avec les pouvoirs publics français », explique Hughes Metras, directeur de Nanoelec, dans l’édition 2021 de notre rapport Technical & Scientific Highlights.

Hughes Metras, Directeur de l’IRT Nanoelec (c) P.Jayet/CEA

L’industrie de l’électronique connaît une période de tension en termes de disponibilité des composants ; la pénurie touche tous les produits : téléphones portables, PC, infrastructures numériques, automobiles, etc. Ainsi, en 2020, les acteurs français et européens du secteur des semi-conducteurs ont pris pleinement conscience des enjeux de souveraineté et de délocalisation : de par leur diffusion à grande échelle, les systèmes numériques sont au cœur de notre économie. Cette omniprésence fait également de l’ensemble de la filière numérique une cible privilégiée des menaces de cybersécurité : il ne se passe pas une semaine sans que des attaques de plus en plus sophistiquées impactent nos acteurs économiques publics et privés.

Dans le prolongement de la mission qui nous a été confiée par les pouvoirs publics français en 2012, Nanoelec répond à certains de ces défis, avec l’ambition de mener à bien des programmes de R&D définis collectivement. Ce cadre collaboratif ouvert est l’ADN même de tous les IRT et ITE regroupés sous l’égide de FIT (Instituts français de technologie).

Nanoelec a renouvelé sa convention avec l’ANR, l’Agence nationale de la recherche. Grâce à cette confiance réaffirmée et aux résultats obtenus au cours des neuf dernières années dans les technologies de base telles que l’empilement de puces, la photonique sur silicium et la sécurité des composants, nous avons défini une série de feuilles de route pour la période 2021-2025, pour cibler des domaines d’applications clés pour les industriels partenaires de notre consortium.

L’une de nos ambitions est d’accompagner notre écosystème local, spécialisé dans le domaine des imageurs, dans l’évolution vers des capteurs plus intelligents et d’aider nos partenaires à identifier ou anticiper de nouvelles applications pour leurs composants. Notre projet dans le domaine des écrans microled est une bonne illustration de la façon dont l’innovation technologique peut aider notre industrie à relancer des activités de fabrication abandonnées depuis longtemps par l’Europe. Le concept Smart Pixel, qui sous-tend ce projet dans le domaine des écrans haut de gamme, témoigne de l’inventivité de nos partenaires.

Par ailleurs, nous avons décidé de placer la confiance numérique au cœur de nos développements, afin de répondre aux problématiques de sécurité des secteurs de l’IoT, de la santé à domicile et de l’industrie.

La diversité de notre consortium qui, autour du pole de compétitivité Minalogic et du CEA, rassemble des équipes académiques locales, ainsi que des acteurs industriels clés de l’écosystème incluant des grands Groupes, des ETI, des PME et des startup, nous permet d’envisager l’avenir avec confiance et ambition, tout en poursuivant nos missions de développement et de diffusion technologique, et d’ingénierie de formation. Nous avons aussi une offre de R&D et de services scientifiques basés sur des compétences avancées de caractérisation physique de nos partenaires des grands instruments à Grenoble, et sur les plateformes technologiques silicium et les moyens d’intégration et de test de systèmes innovants du CEA.

Résilience et développement durable sont les facettes du prisme à travers lequel la société (y compris les utilisateurs finaux des systèmes numériques) s’analyse et s’interroge. Les jeunes générations nous interpellent sur ces questions. Preuve en est l’engagement fort des étudiants de Grenoble Ecole de management (GEM) et de Grenoble-INP qui ont participé à notre atelier pour concevoir un téléphone respectueux de l’environnement, en février dernier. En 2021, nous relevons le défi : nous mettrons en œuvre des projets d’analyse de cycle de vie ciblant la phase R&D, évaluerons les outils de diagnostic environnemental pour les projets Easytech et poursuivrons nos actions en faveur de l’égalité professionnelle dans le secteur de l’électronique.