Au coeur de la microélectronique du futur

L’institut de recherche technologique Nanoelec est un consortium d’acteurs des secteurs privé et public, porté par le CEA. Sa mission est d’aider les entreprises à créer de la valeur et à différencier leur offre dans les domaines de la transition numérique.

Nanoelec contribue à la compétitivité de la filière microélectronique, en particulier en France. Il est basé à Grenoble, un pôle de premier rang mondial pour la recherche, l’innovation et la production dans cette filière.

Ses programmes de R&D sont construits collectivement par des acteurs académiques et industriels. Ils portent sur la conception et la mise au point de nouveaux procédés, des systèmes et des composants dans les domaines suivants :

–           capteurs photoniques, écrans de nouvelles génération et capteurs d’images intelligents,

–           technologies pour les objets connectés et la confiance numérique,

–           caractérisation et tenue aux radiations de composants et systèmes par les grands instruments

L’IRT Nanoelec conduit aussi des programmes d’ingénierie de formation et de diffusion technologique auprès des PME. Soutenu par la région Aura, ce dernier met en œuvre des méthodes d’innovation ouverte ainsi que des méthodes de développement technologique plus conventionnelles

Etant donné le caractère diffusant des technologies numériques, Nanoelec s’adresse à de très nombreux secteurs des biens et des services, de l’industrie et des infrastructures à la consommation grand public, en passant par ceux des transports, de l’environnement et de la santé.

Nanoelec fait partie des 15 instituts de recherche technologique (IRT) et pour la transition énergétique (ITE) mis en place par le gouvernement français et financés par le PIA pour fédérer les acteurs académiques et industriels sur des projets de R&D et d’innovation pour la compétitivité.

> Chiffres clé

  • Consortium de 21 membres (fin 2020)
  • 258 partenaires associés depuis 2012, dont 203 PME et dont 22 entreprises non française
  • Budget annuel moyen de 54 M €
  • 220 équivalent temps plein, en moyenne chaque année (226 en 2020)
  • 6 startup créées
  • 199 brevets et 43 solutions logicielles déposés depuis 2012 (26 et 7 en 2020)
  • 472 publications et communications scientifiques ou techniques depuis 2015 (72 en 2020)
  • 25 participation à des projets européens (12 actifs en 2020)

> La microélectronique, un marché porteur

Au cours des prochaines années, toute la chaîne de valeur des circuits intégrés sera transformée par des innovations de rupture en microélectronique. Et la R&D menée à l’IRT Nanoelec permet d’anticiper sur la maîtrise des technologies émergentes qui affecteront les circuits intégrés, comme l’intégration 3D et la photonique sur silicium. Ces technologies, complémentaires aux technologies CMOS largement utilisées aujourd’hui, représentent un énorme potentiel de marché. Elles ouvrent la porte à des fonctionnalités et des performances de circuits intégrés améliorées, en particulier dans les domaines du calcul intensif et du traitement d’images.

La micro-nanoélectronique constitue un marché majeur qui devrait atteindre de l’ordre de 500 milliards d’euros en 2025. Son impact atteint 12 % de la richesse économique globale (à titre d’exemple l’automobile n’en représente que 10 %). Les semi-conducteurs pour l’informatique et les multimédias devraient représenter un marché total de 300 milliards d’euros par an, les composants électroniques pour l’automobile environ 100 milliards d’euros, le secteur santé entre 50 et 100 milliards pour et les composants pour l’éclairage de l’ordre de 20 milliards d’euros.